Depuis le 25 mai 2018, le règlement européen sur la protection des données (RGPD) est entré en vigueur sur le territoire de l’Union Européenne. C’est une excellente nouvelle pour la protection de la sphère privée et l’intimité numérique des particuliers. Nous nous retrouvons dans une situation inédite où le cadre réglementaire européen protège davantage la population que ne le fait la loi suisse. Les Chambres Fédérales sont d’ailleurs attelées en ce moment à la révision de la LPD, pour justement intégrer les changements européens.

Un sujet a été diffusé le 26 mai dernier sur la RTS, intitulé « Quinze minutes – Protection des données: l’Europe bouge, et la Suisse? » .

Source : podcast RTS.

Les entreprises très locales sont vraisemblablement peu touchées par ce changement législatif, ce qui ne les empêchent pas de se mettre en conformité. Un document a été diffusé le 22 mai dernier dans le cadre d’une présentation publique du canton de Genève (café de la République Numérique à l’Hepia).

Très simplement, on peut ajouter une page dédiée à la vie privée et à la confidentialité des données personnelles sur le site web de son organisation. Quelles sont les données qui sont récoltées ? À qui elles sont communiquées ? Quelle est l’usage qui est fait de ces données ? Le droit à l’oubli fait partie de la RGPD et doit à notre avis figurer dans les procédures à disposition des internautes.

Itopie s’est récemment doté d’une telle page pour informer les visiteurs au sujet des données personnelles.