Itopie promeut une informatique libre, éthique, durable et citoyenne. Ce qu’elle fait ne vient cependant pas de nulle part. Le développement durable est définit par différentes institutions, de manière parfois divergente.

Le 2 août 2015, les 193 pays siégeant à l’Assemblée Générale des Nations Unies se sont accordés sur 17 objectifs, constitués de 169 cibles portant sur des thèmes allant de l’éradication de la pauvreté sous toutes ses formes (ODD 1), à une action d’urgence contre le réchauffement climatique et ses impacts (ODD 13), en passant par l’avènement de l’égalité des genres (ODD 5)*.

Plus concrètement, itopie propose 6 règles pour limiter l’impact de l’informatique** :

1. Réduire notre consommation en n’achetant pas ce dont nous n’avons pas besoin

Ce n’est pas technique en soi, il s’agit de questionner nos besoins réels. A ce sujet, nous ne pouvons que vous conseiller la lecture de cet excellent ouvrage : L’Âge des low tech – Vers une civilisation techniquement soutenable, aux éditions du Seuil.

2. Réutiliser ce que nous avons

Pourquoi racheter du neuf ? Pourquoi ne pas valoriser ce qui est déjà utilisé et tout fait fonctionnel ? Il existe de nombreux sites de vente d’occasions de particuliers à particuliers. Itopie propose par ailleurs toute une gamme d’ordinateurs revalorisés de gamme pro.

3. Réparer ce qui est cassé

Ce qui est cassé n’est pas foutu ! Au cours de ces 50 dernières années, nous avons perdu le goût de la réparation. L’industrie et le modèle économique dominant, surtout depuis les années 90, se sont orientés vers la croissance économique infinie, ce qui est une absurdité dans un écosystème fini (la Terre). Nous devons a tout prix prolonger la durée de vie de nos appareils et les réparer aussi longtemps que c’est possible, sans quoi nous allons précipiter l’épuisement de nos ressources naturelles (métaux, énergie, eau,…) et dégrader durablement notre environnement. De plus, la réparation permet de renforcer les PME et l’économie locale. Itopie promeut la réparation informatique et lutte contre l’obsolescence planifiée.

4. Récupérer tout ce qui peut l’être

La récupération est prépondérante pour justement pouvoir réparer nos objets. Itopie a un partenariat avec les EPI qui récupèrent des ordinateurs fonctionnels ou « cassés » pour en extraire des composants encore en état de marche. A l’heure actuelle, ce travail est très peu valorisé par la société qui préfère encore le neuf bas de gamme et considère comme obsolètes des ordinateurs de 3 ou 4 ans d’âge. Ceci doit changer et nous devons revenir à une industrie produisant des appareils durables, réparables et de qualité.

5. Recycler ce qui ne peut pas être récupéré

Quand on ne peut vraiment plus rien faire pour prolonger la durée de vie d’un appareil, on doit faire en sorte de le recycler selon les bonnes pratiques en vigueur et en préservant l’environnement. C’est important, mais en fin de compte, le recyclage n’est jamais une solution réellement durable.

6. Réinventer les objets et nos besoins pour qu’ils soient « écologiques »

L’éco-conception de nos objets et logiciels usuels doit devenir une discipline incontournable et nous en sommes encore très loin. Dès la conception, la durabilité, l’éthique, la responsabilité sociale, la préservation de l’environnement, la réparation, l’évolutivité, etc doivent être largement renforcés. A ce sujet, itopie promeut les valeurs du Libre, que ce soit dans les logiciels (avec les logiciels libres) ou dans le matériel (avec l’Open Hardware). Fairphone, Raspberry Pi, Arduino, RepRap, Fablab (comme Onl’Fait à Genève), etc, suivent cette logique. Le Libre permet justement la réappropriation de nos appareils et la possibilité de les améliorer… librement. Voir à ce sujet le blog Logiciels libres et Développement durable.

 

* Source : http://www.foodrightnow.fr/actualites/cap-sur-2030-avec-les-objectifs-de-developpement-durable/
** Librement inspiré d’une nouvelle publiée par un de nos coopérateurs, l’entreprise Réalise.